Fandom

Sages

Betty - Perception des grands drames du monde

267pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion6 Partager

Lors d'une réunion chez des amis, il m'a été posé une série de questions sur les grands drames du monde et les choses en général qui font que les gens sont révoltés et en colère. J'étais en train d'essayer d'expliquer avec des mots ce qu'était mon état dans la perception directe, mon état de complétude où je n'étais plus perturbé du tout par les émotions, où j'accueillais ce qui était dans ma vision unitaire.
À ce moment est venue de la part des auditeurs une série de questions sur le drame d'Haïti, la guerre du Liban, les terroristes qui tuaient des innocents, le viol, la violence faites aux femmes. Comment moi, dans la perception directe, je ressentais ces événements affreux, et en voyant et constatant cela, n'étais-je pas poussée à l'action pour aider. Plus précisément, à un moment, il m'a été demandé ce que je ferais si je voyais près de moi une femme se faire violer.
Je ne sais pas si à ce moment j'ai trouvé les bons mots pour expliquer mon fonctionnement dans la perception directe, que ce soit face à un tremblement de terre, à la violence faite aux femmes ou à la guerre en Irak. Mon ami Philippe a tenu à aborder ce sujet de nouveau, afin de livrer une réponse qui je l'espère sera claire et suffisamment étoffée.
Je vais axer ma réponse autour de deux phrases :
1) Il n'y a pas de hiérarchie dans les illusions
2) On ne rêve que de soi


Pourquoi vouloir classifier le rêve, pourquoi vouloir hiérarchiser les émotions, ce ne sont que des émotions provoquées par le mouvement de la pensée et les références du mental qui se prend pour un "je". Pourquoi considérer qu'une dispute de couple est moins grave que le viol d'une femme. La violence est la même, la démarche est la même, mais on ne veut pas le voir sous cet angle, il faut des choses épouvantables, des choses difficiles, des choses gênantes, des choses irritantes, qui contrebalancent les choses supportables, les choses plaisantes, les très belles choses, les choses mer­veilleuses, les choses extraordinaires.

Voyez-vous le jeu de yoyo que fait votre esprit qui saisit les moments et va les ranger dans les cases, les réfé­rences appropriées, cet événement est « plus / mieux / bien » que celui-ci qui est « plus / mal / laid » etc... plein de qualificatifs, toute une hié­rarchie, toute une palette de couleurs qui vont du bien au mal, du beau au laid, du froid au chaud... et qui colorent votre monde de dualité.
Maintenant, supprimer le petit "je" qui se prend pour un centre, qui capture tous les moments, qui les colore selon sa sensibilité et qui crée votre monde, supprimez-le, que reste-t-il ?


Que se passe-t-il si le "je" classificateur, "hié­rarchiseur", appréciateur, disparaît ? L'unité appa­raît, les choses "sont" sans la coloration du men­tal, les moments sont vécus complets de seconde en seconde, rien à ajouter rien à enlever.
Maintenant que va-t-il se passer si une femme se fait violer devant moi, si un homme se fait égor­ger sous mes yeux ? Quelle va être mon attitude, mon action par rapport à cela ?
Je n'en sais absolument rien, les outils néces­saires à appréhender cette situation me seront donnés à ce moment et si la vie me pousse à agir, alors il y aura action, mais je ne peux pas présumer que je ferais ceci ou cela, il n'y a plus de "je" pour présumer.
J'entends déjà la question subséquente : « Comment peut-on considérer que le viol d'une femme est aussi violent qu'une dispute dans un couple ?
Le monde c'est nous !
Quelle est la différence entre ce monde de ter­reur, de violence que vous voyez à l'extérieur et votre état intérieur ?
Vous pouvez supporter la violence, la misère, l'intolérance, la souffrance, les meurtres, les viols parce qu'ils vous semblent être à l'extérieur de vous ? Regardez bien, observez, constatez.

Vous êtes devant votre conjoint et vous discu­tez, son opinion diffère de la vôtre : vous cherchez à convaincre, à démontrer le bien-fondé de votre démarche ; si l'un ne se range pas derrière l'opi­nion de l'autre, il y a irritation. L'analyse, la traque commencent, vous cherchez des références pour avoir raison (vous êtes convaincu que vous avez raison, et vous voulez « partager » ce sentiment, vous voulez le rendre meilleur, lui prouver votre valeur, votre droit à être aimé). Ce que vous expri­mez à l'extérieur de vous n'est que violence et vous faites de votre conjoint l'objet de cette vio­lence, vous violez son esprit, vous le manipulez. vous convoitez son bien.


Votre conjoint c'est vous, comme le monde est vous, il n'y a pas de différence, c'est vous qui inventez des degrés.
C'est le début de la violence et cette violence est la vôtre et elle va rejoindre celle de tout le monde. Vous voyez la guerre vous dites : ce sont les autres et c'est horrible, ils sont horribles.
Ces images de guerre si insupportables ne sont que votre propre violence, ni plus ni moins.


Mais on ne rêve que de soi.
Nous sommes la Conscience et non pas une petite conscience individuelle
Comme vous ne prenez pas la responsabilité de cette violence, vous trouvez des coupables pour résoudre l'équation, pour vous comparer : Je suis une meilleure personne ! Moi, je ne ferais jamais ça ! Que les gouvernements règlent le problème, nous les avons élu pour ça !


Vous portez sans cesse des jugements dans votre petit aquarium de pensées et vous vous éton­nez de voir le monde en détresse qui n'est que le reflet de votre intériorité. Mais la guerre, ce sont les disputes avec votre conjoint, avec votre collègue de travail, avec votre chat. Si vous n'en prenez pas l'entière responsabili­té, le monde ne changera pas. Il faut vous changer de l'intérieur pour que votre perception de l'exté­rieur change. Vouloir changer l'extérieur ne peut pas fonctionner sans le basculement de votre conscience.
Vouloir changer le monde, organiser, militer, prier c'est se déresponsabiliser face à l'origine même du monde !
Vous voulez changer le monde des autres, vous vous trompez, vous êtes le monde. La responsabilité de chacun est de reconnaître ce qu'il est, comment il fonctionne et de se débrancher de ce système de pensée.

CONCLUSION


Comme je le disais plus haut, votre vision est masquée par votre système de pensée et vous ne pouvez pas vivre le moment présent, vous ne pou­vez pas apprécier la fraîcheur du moment, la beau­té de ce qui est, la plénitude de l'unité. Tout chez vous est analysé, classifié, hiérarchisé, tout est déformé par votre mental. Vous n'avez pas la perception directe des événements et toutes vos actions réactions sont conditionnées par rapport à ce que vous pensez être : beau, laid, pire, pas pire, pas si pire, etc.


Vous ne pouvez pas aborder un événement dans la fraîcheur de l'instant ; au moment où naît l'image, vous avez déjà catégorisé la chose ; au moment où naît la question, vous avez déjà choisi la réponse, vous ne savez pas écouter. Tous vos sens sont conditionnés par votre mental dans le jeu de la dualité, bon mauvais, beau laid, clair sombre, plaisant insupportable. Le petit "je" ramène tout à lui, ne pense qu'à lui face à ce qui "est", colore tout, interprète tout et de là naît votre vision du monde.


Ce qui suit est une question suivie d'une réponse que nous avons élaborée il y a quelques mois lors d'une discussion avec Philippe, et qui peut aider à comprendre mon mode de fonctionne­ment dans la perception directe.
Pourquoi n'as-tu pas l'élan d'aider les autres qui sont englués dans leurs histoires de maladie, de dépression, de souffrances diverses ? Pourquoi ne t'unis-tu pas à eux pour ainsi leur montrer que ce n'est qu'une histoire qu'ils se racontent ?


On ne rêve que de soi.
Dans mon état je ne ressens pas le dynamisme de vouloir que quelque chose change ! Je n'ai pas la prétention de connaître mieux que la Vie ce qui est bien pour la personne, que ce soit la mort, la maladie ou la souffrance.
Je ne sais rien. Je n'ai pas l'élan de savoir ! Je n'ai que la présence et il en est ainsi.
Le savoir sépare et prend son origine dans la peur de plonger directement dans l'expérience. On ne rêve que de soi. La souffrance que l'on prétend ressentir appartient à l'ego.


Comprendre, avoir raison ou savoir ce qui est juste, c'est contribuer à continuer de construire son Je-ego. Dans une vision claire, la souffrance est une histoire qui dit : je n'écoute plus la vie, mais mon histoire.
Demander des changements est violent, je ne vois que la beauté dans l'autre. C'est la beauté de la Vie que je vois, et l'autre voit que je vois la beauté et la beauté prend toute la place et libère elle-même du problème.


Je n'ai pas à demander, à constater ou à évaluer une personne, ni à identifier le problème, mais juste à me connecter avec cet émerveille­ment qu'est la Vie.
Je n'ai pas à créer chez la personne le stress du changement, ou le besoin de clarifier, juste le res­pect de ce qui est.
Le traumatisme, l'émotion enfouie est respec­table et quand l'espace sera fait, le traumatisme disparaîtra.
Si le besoin de sécurité réapparaît, alors un autre traumatisme s'installera et ainsi de suite. Nul besoin de provoquer des attentes, de diriger quoi que ce soit.


L'aide est dans l'intime présence. Peut-être cela aide-t-il à créer de l'espace ? Je ne sais pas. Je n'ai besoin d'aucune clarté intellectuelle, d'au­cun but. Je n'ai pas ce besoin d'être apaisé par des broutilles, des bouffées de paix ou la satisfaction d'avoir aidé.
Vivre d'instant en instant exclut le savoir comme outil de compréhension. Vivre d'instant en instant c'est ne pas identifier le bien et le mal, le malheur et le bonheur ; cela Est !
La Vie est plus intelligente que le petit Je-ego qui veut vivre, souffrir et surtout prendre des orientations et de grandes décisions. Si la Vie veut intervenir, elle s'exprimera à tra­vers moi dans le moment naissant.
Je ne suis plus une personne pensante avec un mental subtil et fourbe, j'ai laissé toute la place à la Vie et elle ne se trompe pas !


Source : 3 Millenaire N°96

revue3emillenaire.com

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard