Fandom

Sages

Karl Renz - Extrait1

267pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Moi j'aimerais qu'on clarifie ce qu'on entend par dépendance et par liberté.

Si tu existes et si tu veux être libre, tu dépends de la liberté. Donc les deux viennent ensembles. Les deux sont des idées, et les deux te rendent dépendant. Même l'idée de liberté, c'est de la dépendance. Même le mot liberté c'est de la dépendance. Alors le sujet est clos. Tout ce que tu peux prononcer c'est dépendre de quelque chose. Maintenant essayer d'être libéré ça te rend dépendant, tu en deviens dépendant. Tout ce que tu essaies de faire pour te libérer c'est une prison de libération. Autre chose ?

Je m'interroge concernant le libre arbitre. C'est une expérience mais la chose principale c'est que personne n'a cela, ne possède cela. Alors il y a et il n'y a pas. C'est une façon de faire une expérience, une expérience de libre arbitre, qui est lié à une compréhension, et puis il y a aussi une expérience de non libre arbitre. Et les deux sens de l'illusion. Avoir ou ne pas avoir c'est déjà un de trop qui a ou qui n'a pas. Mais c'est vraiment un sujet important le libre arbitre. Si je l'ai je suis responsable, si je l'ai pas alors je ne le suis pas et alors ? Quoi ? C'est une bonne excuse. Mais les deux dépendent de un, de quelqu'un, c'est encore de la dépendance, c'est une codépendance. Avoir ou ne pas avoir dépends de quelqu'un qui a ou qui n'a pas et celui-là tu peux le mettre en question. C'est celui qui questionne que l'on peut remettre en question.

Et comment tu questionnes celui-là ?

Dès que tu te réveilles, déjà tu questionnes ton existence. C'est la nature du Je qui doute. Dès le moment où il existe, il doute de l'existence. L'esprit plein de doute qui doute d'être ou de ne pas être. C'est comme un fantôme, qui déjà est plein de doutes. Mais la nature de l existence pleine de doutes est de douter. Suis-je ou ne suis-je pas ? Être ou ne pas être. Est-ce que j'ai ou est ce que je n'ai pas la première carte. La première carte du château de cartes. Celui qui questionne.

Mais tu ne peux pas attraper celui-là ?

Non c'est trop tard quand tu essaies de l'attraper maintenant. Parce que seul celui qui attrape veut attraper celui qui attrape. C'est trop tard. Le mental veut comprendre le mental, une illusion veut en comprendre une autre, c'est une maladie, et cela ne peut pas t'apporter un bien-être. Quand il y a malaise ou fausseté, la fausseté engendre la fausseté. La fausseté suit la fausseté. La nature qui est le bien-être absolu, ne peut jamais être atteint par la fausseté.

Mais la première fausseté est un événement spontané ?

c'est inévitable. Mais maintenant, revient en arrière, c'est trop tard.

Ça ne peut pas être mis en question ? Si, ça peut mais ce n'aide pas. Tu es assis ici pour l'absence d'espoir. Ceci est l'absence d'espoir. Tu essaies de construire un pont vers l'absolu mais en essayant d'atteindre l'absolu tu le rend relatif. C'est trop tard. Tu veux conquérir ce que tu es. Alors tu espères que tu peux le conquérir et ainsi tu en fais une terre où tu peux atterrir. Donc ça en fait une île. Mais là où est le Je c'est un Je de trop. C'est pour ça que c'est trop tard. Quand ta maison est dans le rêve, et que tu veux sortir du rêve, tu confirmes ta dépendance en voulant en sortir. Et le fantôme a constamment besoin de cette confirmation.

Le but ?

Oui le but. La conscience essaie de connaître la conscience. Alors elle imagine une autre conscience. Alors pour connaître il faut deux. Donc c'est une codépendance.

Que faire ?

Plus tu veux être libre plus tu es emprisonné. C'est un piège fantastique. Parfaitement construit. Plus tu veux échapper, plus tu confirmes quelqu'un qui veut s'échapper. Ça ne peut être fait que parce que tu es, l'absolu qui crée un piège absolu où personne n'est, mais qui essaie de s'en sortir. C'est une plaisanterie. Donc tu dois être en train de plaisanter. Des techniques. Ça va ?

Oui. Il y a deux, trois ans à Paris. Autre chose ?

Je suis toujours confronté avec les restes. Ils ont tout essayé et puis ils sont ici. Ils viennent ici. Karl, le dernier espoir. Tu me dis toujours il n'y a pas d'espoir. Les cas désespérés. Sois heureux. Prenez plaisir à être des cas désespérés. À être les seuls dans ce cas. Complètement cinglé. C'est quand tu disais c est trop tard il faut descendre dans le temps que veux-tu dire avec cela ?

Parce que maintenant comme tu imagines que tu es né, c'est trop tard pour être né. Maintenant essayer de devenir ce qui est non né, c'est trop tard. C'est pas un devenir. Chaque fois que tu veux devenir ce que tu es, c'est trop tard. Tu dois rester avant, toute idée. Dès que tu as une idée c'est trop tard. C'est ça que ça veut dire. Maintenant tu crois à une image alors c'est trop tard. L'image ne deviendra jamais ce qui n'est pas une image. Une expérience phénoménale ne peut pas devenir le nouménal. C'est pour ça que c'est trop tard. Tu peux pas aller au-delà. La façon la plus facile d'être au-delà, où la seule façon, c'est de rester avant, antérieurement, parce que l'antérieur est déjà au-delà, il y a pas entre les deux.

Mais il faut croire que l'on se réveille ?

Tu ne dois pas. Simplement tu tombes amoureuse. Tu tombes amoureuse au premier coup d'oeil. Des qu'il y a une image tu tombes amoureuse de cette image et seule l'amour peux te rendre aussi stupide. Tombée amoureuse d'une image de toi-même. Avec la conscience pure c'est impossible de ne pas tomber amoureux. Parce que c'est la conscience la plus pure qu'il soit, la lumière pure, tu es fascinée par toi-même. L'amour à première vue. Alors l'histoire d'amour commence. Le piège est totalement parfait. Tu ne peux pas t'échapper. Tu ne peux pas échapper à toi-même. Mais il faut séparer avant le réveil ...

Non tu ne dois pas séparer. Tu fais l'expérience de toi-même dans la séparation. Mais ça ne veut pas dire que ce soit réelle.

Mais quand il n'y a pas de séparation comment est-ce que je peux parler d'être amoureuse de moi ?

Même le fait qu'il n'y ait pas de réalité dans la séparation, tu peux en parler. Tu prends beaucoup de positions différentes, mais en séparant, personne n'est séparé. La conscience peut prendre des positions à l'infini, des perceptions différentes, tout cela ce sont des images. Mais ce n'est toujours pas une image. C'est un jeu de lumière. Même par cette expérience de séparation, personne n'est séparée. Mais sortir de la séparation confirme la séparation. Donc tu dois en dépit de l'expérience de séparation, et par cette expérience de séparation, personne n'est séparée. Donc rien ne doit se passer. Mais essayer d'en sortir, mais en essayant d'en sortir, tu essayes d'éviter. Alors il semble que tu souffres. Parce que tu prends la séparation pour une réalité. Alors ce n'est pas très agréable. Et quand tu es ce que tu es, tu es ce qui voit et ce qui est vu. Tu es toute la scène. Et être ce qui n'a pas de second, ne peut pas souffrir de soi-même. Mais des qu'il y a toi et les autres, et que c'est la réalité, il y a la souffrance. Et il n'y a pas de pont entre ceci et cela.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard