FANDOM


< Accueil | Krishnamurti | Auteurs | De Krishnamurti | Par Krishnamurti | Sur Krishnamurti | Revues

ROBERT LINSSEN

Au-delà du mirage de l'ego

© 1994 A.L.T.E.S.S., pour la présente édition, revue et augmentée.
Robert Linssen, Au-delà du mirage de l'ego, ISBN 2.905219.69.6
Collection ‘Les Voix de l'Éveil’, ISSN 1248-8518
Édition originale parue sous le titre : Naissance, développement,
dissolution du mirage de l'Ego
, © 1976, Éd. ‘Être Libre’, Bruxelles.

(Extraits)

Au-dela-du-mirage-de-l-ego

« Ce qui est continu, emprisonne ».

« L'être humain (...) sa vie n'est qu'une marche stérile mécanique, qui va du connu au connu ».

« Lorsque nous comprenons la structure entière de la douleur, et que, de ce fait, nous mettons fin à la douleur, il existe une possibilité de rencontrer l'étrange quelque chose qui est l’origine de toute vie... Il s'agit de la naissance d'une étrange énergie sans cesse en explosion.

» [...] Quand toute votre énergie est complètement immobile, il se produit un mouvement qui est originel, donc explosif. »

« Quand l'esprit et le cerveau sont complètement silencieux, sans aucun mouvement, toutes formes de vision, d'influence et d'illusion* ayant été absolument éliminées, alors, dans cette immobilité, la totalité de l'esprit ira plus avant dans le voyage, pour recevoir ce qui n'est pas mesurable au moyen du temps, ce qui n’a pas de nom, l'Éternel, l'Immortel ».[1]


  • et donc de mémoire (N.D.L.R).

« L'ancien (les mémoires) ne peut reconnaître que sa projection propre; il prétend que c'est le nouveau, mais c'est faux.

» Le nouveau n'est pas reconnaissable; c'est un état de non-récognition, de non-association, dans lequel toute identification est impossible.

» L'ancien s'assure sa propre continuité avec ses propres projections, mais il ne peut percevoir le nouveau. »[2]

« Sans ses pensées, le penseur n'est pas... Cette séparation du penseur et de ses pensées est un stratagème du ‘penseur’ afin de s'octroyer une sécurité, une permanence. »[3]

« ...la vie, la mort, l'amour et la beauté sont une seule et même chose. »

Entretiens entre Krishnamurti et David Bohm sur la mort.*

Qu'est-ce qui meurt lorsque l'individu meurt ?

Oh ! Vous voulez dire la mort du corps... C'est un événement complètement trivial.[4]

« Le temps [psychologique] est la mort. »[5]

« Est-ce que le cerveau peut enfin être libre de ses mots, de ses mesures, de ses évaluations, de ses comparaisons ?

» Peut-il enfin ne plus se mouvoir dans une direction privilégiée, être sans direction, ne plus aller ‘vers’ ceci ou cela ?

» Pouvez-vous être dans ce silence intérieur, surtout sans le désir secret d'obtenir quelque chose, ou d'atteindre quoi que ce soit dans ce silence ? »[6]

« ...la pensée n’est pas l'intelligence. »

« ...voir le faux comme étant le faux. »

« La vision pénétrante est holistique, c'est-à-dire qu'elle implique la totalité de l'esprit... Elle est l'Intelligence suprême... et cette Intelligence se sert de la pensée comme un outil. »[7]

« *Le mot ‘sentir’ est trompeur...

... Il contient plus que l'émotion, le sentiment, plus que l'expérience, le toucher, l'odorat. Malgré son imprécision, l'emploi de ce mot s'impose, surtout quand il est question de l'Essence. La sensation de l'Essence ne passe pas par le cerveau. »

« Pour comprendre ce sentir, ce voir, cet entendre, il faut s'écarter de tout ce qui précède. Le sentir exige de l'austérité, de la clarté; en elles n'existent ni confusion ni conflits. Le sentir est la négation de la pensée, de ses attributs mécaniques qui sont le savoir et la raison. »[8]


  • en fait, le ‘sentir’ véritable (N.D.L.R.).

Venant et disparaissant [...], il y avait cette force qui est une bénédiction. « Cela avait la qualité d’une solidité énorme et impénétrable. » Aucune matière ne pourrait avoir ce genre de solidité.

« Soudainement, hors d'une certaine profondeur inapprochable, on sentit cette immense flamme de puissance destructrice dans sa création. C'était la puissance qui existait avant que toutes choses ne viennent à exister. Rien n'existe que cette chose unique. »[9]

Notes et références Modifier

  1. (Paris, 1961, p. 114).
  2. Commentaires sur la vie, deuxième série, p. 159
  3. De la connaissance de soi, p. 220.
  4. *reproduits dans The Ending of Time, p. 150.
  5. le 21 juillet 1985 à Saanen
  6. Saanen en 1985
  7. Lettres aux Écoles.
  8. Carnets, éd. du Rocher, p. 94.
  9. Carnets, p. 35.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard