Fandom

Sages

Présentation

267pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Biographie de Douglas Harding par José Le Roy

Douglas Harding est un philosophe anglais, né en 1909, qui depuis plus de 40 ans, transmet un enseignement sur la vraie nature de l’homme. Au carrefour de la spiritualité, de la science et de la philosophie, Harding a renouvelé de manière originale et radicale la réflexion sur la connaissance de soi, en abordant cette question de manière concrète, grâce à des expériences. A travers des livres traduits dans de multiples langues, à travers des ateliers et des conférences, à travers des vidéos, il s’est imposé aujourd’hui comme une figure majeure et incontournable de la spiritualité contemporaine. Son livre le plus connu Vivre sans tête (« On having no head ) a donné son nom au chemin vers l’essence de l’homme que Douglas Harding s’est appliqué à tracer pendant toute sa vie : la voie de la Vision Sans Tête. Cette voie propose de nous conduire au cœur de nous-même, au-delà des apparences auxquelles nous nous identifions par ignorance. Douglas Harding veut nous montrer que nous ne sommes pas ce que nous paraissons être , un individu limité et mortel dans le monde, mais exactement le contraire, la Source immense et éternelle de ce monde. Bien que Harding n’apprécie guère qu’on évoque sa vie et son individualité, préférant que notre attention se porte sur notre propre recherche de notre identité, il est intéressant de relier cet enseignement à la vie de ce philosophe exceptionnel dont l’existence a été entièrement centrée sur l’exploration de la vraie nature de l’homme.

La vie


La vie de Douglas Harding peut se partager en trois époques bien distinctes ; premièrement l’enfance et l’adolescence, jusqu’à 21 ans, deuxièmement la période de la recherche philosophique intense jusqu’à 31 ans, et enfin, la troisième période pendant laquelle Douglas Harding enseigne et transmet ses propres découvertes, époque qui dure encore, car il continue d’écrire et de partager les fruits de ses réflexions et de son expérience.


Douglas Harding est né en 1909 à Lowestoft, une petite ville du Suffolk, dans l’est de l’Angleterre. Ses parents, modestes petits commerçants de primeurs, appartenaient à la secte d’intégristes chrétiens « Les Frères Exclusifs de Plymouth », secte extrêmement intolérante dont les membres n’avaient le droit de lire que la Bible et ses commentaires, ne devaient penser qu’à Dieu, ne parler que de Dieu, et ne jamais se laisser aller à rire, chanter, écouter de la musique …etc. C’est dans cette atmosphère oppressante et aliénante que Douglas grandit mais à l’age de 21 ans, il décide de rompre avec la secte, ce qui conduit sa famille à se séparer immédiatement et définitivement de lui, le condamnant au feu de l’enfer éternel. De cette période, il garde une grande méfiance pour toute forme extérieure d’autorité, en particulier religieuse, et pousse toujours chacun à oser être sa propre autorité.


A 21 ans, il se retrouve à Londres, avec une maigre bourse, pendant la grande dépression, et entreprend des études d’architecte à l’Université. Le diplôme obtenu, ce travail d’architecte lui permet de gagner de quoi vivre, mais son véritable intérêt est ailleurs : des questions philosophiques et scientifiques apparaissent : quel est le sens de la vie ? Qui suis-je ? Ses premières réflexions contiennent déjà en germe ce qui sera plus tard l’axe central dans sa philosophie : l’idée de hiérarchie. L’homme n’est pas simplement un homme, indépendant du monde ; l’individu humain fait partie de la totalité organique de l’univers, qui se structure en un ensemble de couches, au-dessus de l’homme et en lui, sans lesquelles il ne peut pas vivre. Son corps est composé de milliards de cellules d’espèces différentes, qui dépendent elles-mêmes de molécules, composées d’atomes ; mais sans la société, l’individu ne peut pas vivre non plus ; de plus notre corps a besoin pour exister de la terre et du soleil. Cette hiérarchie est nécessaire à l’individu que je crois être : le soleil par exemple est nécessaire à mon existence, comme mon cœur, ou mes cellules. Qui suis-je donc vraiment ? Qu’y a-t-il au-delà des cellules et des atomes, au centre exact de moi-même, à zéro centimètre? Quelle est le fondement de cette hiérarchie, la source de toutes ces apparences ?. En 1937, Douglas Harding choisit d’aller vivre en Inde où on lui propose un poste d’architecte. Ce travail lui laisse heureusement beaucoup de loisir, et lui permet de consacrer son énergie à la poursuite de ses recherches, à ses lectures philosophiques, spirituelles et scientifiques ; il acquiert ainsi peu à peu une immense culture. Quand la guerre éclate, il s’engage comme major dans l’armée anglaise, ce qui ne met pourtant pas un frein à son interrogation : que suis-je ? C’est alors en 1941 que se produit un événement qui fait basculer la vie de Douglas Harding : il découvre un dessin du philosophe et physicien Ernst Mach, dessin à la première personne qui lui révèle enfin ce qui se tient au-delà de toutes les apparences périphériques : le Rien, la Vacuité, l’Absence de toutes choses. Ce dessin montre en effet que, au-dessus de nos épaules, là où nous placions en imagination une tête, nous ne voyons rien, et que l’espace qui aurait du être occupé par un propriétaire –moi, en tant qu’individu humain- est en fait absolument vide, dépourvu de la moindre chose. L’observateur du monde n’est pas une petite tête, mais au contraire une Infinie Vacuité contenant le monde tout entier.


La troisième période de la vie de Douglas Harding commence alors car, tandis que jusque là il avait été un chercheur, avec cette vision, cet Eveil, il devient définitivement un trouveur. Il vient en effet de découvrir que nous ne sommes pas ce que nous paraissons être, et ce qu’on nous a dit que nous étions (un homme, un individu humain pourvu d’une tête), mais une Vacuité sans limite, éternelle, et consciente. Rentré en Angleterre en 1945, il exerce un moment encore son premier métier avant de consacrer tout son temps à la rédaction d’un livre volumineux La Hiérarchie du ciel et de la terre : un nouveau diagramme de l’homme dans l’univers dont la rédaction lui prendra plus de 6 ans, et dans lequel il rassemble ses conclusions. C.S.Lewis, un des écrivains anglais les plus célèbres de son temps, dit de ce travail qu’il était « une œuvre du plus haut génie » et écrivit une préface enthousiaste à la version abrégée de cet ouvrage qui fut publiée en 1952. Dès lors Douglas Harding, en parallèle de son métier d’architecte qu’il reprend pour vivre, cherche à partager cette expérience de notre vraie nature, en inventant toutes sortes d’exercices. La première personne à qui il transmettra cette vision est sa secrétaire qui, en tapant à la machine le manuscrit de son second livre Vivre sans tête, voit elle aussi son absence de tête. Depuis les années soixante, Douglas a pu partager la vision de notre vraie nature avec des milliers de personnes et, depuis 1992, Catherine, sa femme française, l’accompagne dans ses ateliers qu’elle co-anime avec lui.

J. Le Roy

Source Vision Sans Tête - [www.visionsanstete.com/douglasharding.html www.visionsanstete.com/douglasharding.html]

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard