Fandom

Sages

Virgil

267pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Virgil Hervatin

Entretiens, Textes Modifier



Colette Chabot - A moitié sage

  • L'explosion

(...) On dit que la "réalisation" est une seconde naissance. C'est celle de la créature humaine, de l'humble moi humain.

"L'éveil" est venu, et il n'est rien resté de l'homme que j'étais jusqu'à ce que cette lame coupe net le fil de ma vie. Stephen Jourdain


Dimanche, 24 février 1991, 5h45: Virgil sort du lit sous l'effet d'une pression subite, intense. Une puissante énergie ressentie dans tout le corps lui donne à penser qu'il s'est peut-être levé pour faire sa lecture habituelle. À cette époque, il aimait lire, pendant la fin de semaine, les livres d'histoire et les biographies des hommes célèbres qui la font. Sa montre indiquait pourtant la même heure qu'à l'accoutumés quand cette force, qui semblait l'environner de toutes parts, lui permit de voir, non pas avec les yeux physiques, dans toutes les directions à la fois. Il voyait en effet l'envers et l'endroit de toute chose et de l'univers, et communiait spontanément avec tout ce qui l'entourait.

Une immensité de paix et d'amour l'environnait, était en lui et était lui. C'est dans ce climat empreint de calme et de beauté que le film de sa vie repassa en un éclair. Il demanda pardon pour toutes les fautes qu'il avait pu avoir commises au cours de sa vie. Son coeur arrêta de battre. Il était prêt à mourir. Pourtant, tout était si grand et beau qu'il souhaitait qu'il y ait un témoin de cette infinie béatitude.

--- Je voulais laisser une preuve de cette grandeur de la vie, dont nous vivons qu'un petit coin d'ombre tout en pensant que "c'est ça, la vie !".

S'il a cru d'abord que cette puissance infinie de paix et d'amour était extérieure, il devait se rendre compte bientôt qu'elle était lui. Qu'il était... Elle... à l'infini.

Au réveil de son épouse, il se précipita dans la cuisine.

--- Paulette, remarques-tu quelque chose de spécial ? demanda-t-il. Suis-je un autre homme ? Y a-t-il quelque chose de différent chez moi ?

Les questions étaient si fortes qu'interrompant ses gestes habituels, elle observa son mari.

--- Non, lui répondit-elle, tu es le même, sauf que tes yeux sont très brillants  !

La force à l'oeuvre continua de se déployer encore longtemps. Virgil était en quelque sorte soulevé de terre. Il devenait le point minuscule d'un immense centre. Installé à la table de la cuisine, il prit dans ses mains un souvenir que sa fille avait rapporté du Mexique. Il ressentait toute la vie de cet objet et en racontait l'histoire à sa femme: la biographie détaillée d'un objet d'où il pouvait lire, comme s'il y était, le détail de tout son environnement.

Il tente spontanémemt de communiquer ce feu qui l'envahissait de la tête aux pieds. Le fait que son épouse était davantage occupée à vaquer à ses occupations ordinaires qu'à être présente à ce miracle qui se produisait en lui et autour de lui était ressenti comme une offense, non pas à l'égard de lui-même, mais à l'égard de cette Force.

Albert Low, le directeur du Centre Zen de Montréal, raconte dans son livre Je ne suis pas un être humain (Éd. de Mortagne) le caractère subit de son éveil. Il cite ce que Roshi Kapleau lui avait écrit quelques semaines après: "Le dokusan (rencontre privée avec son maître) à ce moment-ci est vital. On est comme un jeune chiot qui vient d'ouvrir les yeux sur le monde et qui a besoin de tous les soins de sa mère. Alors, essayez de venir au moins une fois avant que je parte pour le Costa-Rica."

Il importe de dire ici qu'Albert Low avait cherché toute sa vie le sens, jusqu'à ce que l'éveil lui révèle que la vie n'est que Sens. Il avait lu et cherché beaucoup depuis l'adolescence. Il avait aussi médité pendant plus de vingt ans auprès d'un maître quand, dans un éclair, il pénétra le mystère de la vie et de la mort, celui de la Grande Vie. Et après son éveil, il a travaillé auprès de Roshi Kapleau encore de nombreuses années avant que l'intégration de cette force puisse s'ajuster à toutes les dimensions de la vie et avant qu'il puisse enseigner à d'autres la Voie.

Notre ami Virgil, lui, n'avait rien cherché, rien demandé et surtout personne à qui se référer.

Il y avait bien eu quelques signes avant-coureurs de cette explosion soudaine. Par exemple, il ne digérait plus la viande, lui qui en avait mangé toute sa vie. Réduisant d'abord sa ration quotidienne, bientôt la simple vue d'un bifteck le fera vomir. Il abandonnera aussi le vin qui accompagnait ses repas.

Quelques jours et même quelques semaines avant, Virgil ne se reconnaissait plus. Il avait des symptômes physiques et psychiques surprenants. Il devenait un minuscule point mu par une force étrange, insoupçonnée jusqu'alors. Parfois il était rempli d'une telle joie qu'il s'imaginait qu'en achetant un billet de loterie, il gagnerait le million. À un autre moment, sans jamais s'être intéressé à l'hypnose, il fut capable d'endormir spontanément sa femme en plein jour (avec sa permission)  ! Il réussit si bien d'ailleurs qu'il en devint très inquiet, puisque Paulette resta plongée dans un état léthargique. Malgré sa grande inquiétude, il jugea inutile de composer le numéro de téléphone d'Urgence-Santé ou celui de la police. Sachant intérieurement que personne d'autre que lui ne pouvait quelque chose pour Paulette, il reprit alors les suggestions à l'inverse de celles qui l'avaient endormie, l'invitant à revenir à l'état de veille en lui disant qu'elle se sentirait bien. Bientôt, il fut soulagé de la retrouver bien portante.

D'autres indices encore allaient précéder l'état de vigilante attention impliquant tout le corps de Virgil. Une tristesse sans nom lui faisait voir lui-même et le monde comme stérile et sans espoir. Dans quelque direction qu'il regardait, il n'y avait aucune solution à sa condition ni à celle des autres être humains.

Pourtant, le 24 février 1991, à 5h45 du matin, Virgil est mort, Plus rien ne devait subsister de lui , sauf son apparence physique, bien que ses yeux fussent désormais animés d'une expression particulière. La force nouvelle qui l'avait pris tout entier n'avait cependant pas encore apprivoisé le véhicule. C'est ainsi qu'elle le retrouva si épris d'amour pour Elle, déclarer à qui voulait bien l'entendre que le Seigneur existait, qu'il le savait, qu'il le vivait en lui-même chaque instant.

--- Je disais à mes proches qui racontaient leurs problèmes de cesser de se tourmenter. Je leur répétais qu'ils s'infligeaient à eux-mêmes leurs souffrances physiques et morales. Je parlais de l'Énergie intérieure ou universselle que est libre de tout. Je voyais que chacun avait tout ce qu'il fallait potentiellement pour s'unir avec cette force. Je voyais les énergies négatives et les forces positives. Quelque chose en moi savait qu'en augmentant l'énergie du bien le mal s'éliminerait. Je parlais aussi du Seigneur. Je n'avais besoin d'aller nulle part, j'étais partout à la fois. J'avais le sentimentd'être tout, de tout comprendre, de tout connaître et de tout savoir. C'était une erreur puisque maintenant, je sais que je ne sais rien  !

Sources Modifier

Les Passants

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard