Fandom

Sages

Wetering - la souris blanche

267pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager


Je me concentrai à nouveau. Il restait cinq minutes. Un bruissement d’étoffe me ramena à la « réalité ».
Peter venait nous parler pour la clôture de Rohatsu; je lui faisais confiance, il trouverait les mots justes. Arrivé
à l’autel, il se tourna vers nous :
— Je veux vous raconter l’histoire de la petite souris blanche. Une vague de bonheur roula en moi. La souris blanche, quel titre merveilleux! Ce minuscule animal qui vit dans une cage de verre et creuse des tunnels
dans la sciure et qui, au maximum de son énergie, court de toutes ses forces dans une petite roue. Quand
Peter prononça les mots « souris blanche », je compris que tous mes doutes concernant la discipline à laquelle
nous étions soumis étaient sans fondement. J ‘étais bien dans le monde de Han Shan et de son ami Shi Te. En
allant au Japon, je ne m’étais pas trompé.
En un éclair je revécus des scènes de mon passé qui toutes contenaient des germes de cette libération qui ne
semblait plus aussi lointaine. Enfant, j’avais eu l’intuition fugitive que toute l'excitation, toutes les peurs,
toutes les inquiétudes que les grandes personnes manifestaient autour de moi n’avaient aucune justifica-
tion. Pourtant, chaque fois, elles réussissaient à me culpabiliser ou à me faire retomber dans l'angoisse. La
nature de l’homme n’a rien à voir avec l'angoisse ou la culpabilité. Elle est, avant tout, libre. Cette découverte que j’avais faite ne dépendait pas, je le sentais bien, de la religion ni même du sourire du Bouddha.
Elle était bien plus ancienne. Je comprenais maintenant pourquoi le maître de Kyoto avait refusé ma conversion au bouddhisme; vouloir appartenir à une croyance quelconque ne peut que limiter les possibilités de libération.
Je me souvenais que, durant les quelque vingt ans qu’il avait été maître, le vieux moine avait refusé
d’employer les mots « bouddhisme » et « zen » et qu’il souriait toujours d’un air étonné lorsqu’un disciple
citait Bouddha à l’appui d’une de ses idées.

Peter répéta : « Une petite souris blanche. »
« Au Japon, une souris blanche est considérée comme un porte-bonheur. Si vous en voyez une, c’est
bon signe: vous serez en bonne santé, vous gagnerez beaucoup d’argent, vous réussirez dans vos entreprises.
Un jour, un père et son fils mangeaient leur riz du soir dans leur petite maison.
— Père, dit le fils, ne te retourne pas brusquement mais derrière toi, il y a quelqu’un qui va nous porter
bonheur.
Le père regarda très doucement par-dessus son épaule. Il vit une petite souris blanche.
Père et fils se regardèrent en souriant. Sans bouger, ils observaient les allées et venues de la souris sur les
nattes de paille. Mais tout à coup la souris se secoua et devint une banale souris grise. Elle était seulement tombée dans la boîte de farine. »
Peter regarda chacun de nous, l’un après l’autre.

— Ne faites pas comme cette petite souris. Vous venez de passer une semaine difficile. Si vous vous
secouez maintenant vous redeviendrez aussi gris que vous l’étiez avant de commencer Rohatsu. Faites
attention, restez blancs. Et un jour peut-être serez-vous vraiment blancs.
Il s’inclina devant nous et quitta le Zendo. Rupert donna le dernier coup de cloche.

Source : http://fr.sages.wikia.com/

Un éclair d'éternité , J. Van de Wetering

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard